La Chapelle de Calevoet

Au XIVème siècle, est érigée une chapelle dédiée à Notre-Dame de la Consolation. Datée de 1354, ce n’est encore qu’une chapelle en bois de chêne offert par un marchand de vin bruxellois.

En 1425, à l’initiative de Jean Offhuys, seigneur de l’Hof ter Steen (manoir situé entre les chaussées d’Alsemberg et de Drogenbos), elle est remplacée par une plus grande chapelle de pierre construite sur un plan octogonal. La messe y est dite chaque dimanche par les moines du couvent de Boetendael.

Lithographie
Lithographie

A la Révolution française, l’édifice est détruit. Puis, en 1828, la chapelle est démolie entièrement. Ses matériaux sont alors récupérés pour construire le bâtiment de l’ancienne maison communale d’Uccle (devenue aujourd’hui la Justice de paix) au Parvis Saint-Pierre. Le Bureau de bienfaisance d’Uccle qui était alors propriétaire des restes de la chapelle, reçut 20 florins de la commune pour la vente des pierres de la chapelle.

La chapelle vers 1900
La chapelle vers 1900

A la fin du XIXème siècle, en 1895, une toute petite chapelle fut reconstruite à l’emplacement initial pour abriter la statue de la Vierge. Cette statue plus ancienne avait été hébergée un temps à l’Eglise Saint-Pierre. Une autre version prétend qu’elle était dans une niche rue de la Brasserie à Linkebeek. La vierge tient une grappe de raisin en souvenir, dit-on, du marchand de vin à l’origine de son installation.

Fouilles de 1976
Fouilles de 1976

Cette chapelle très simple est toujours là aujourd’hui, le long de la chaussée d’Alsemberg, près du coin de la rue de Linkebeek. Le soir, son intérieur est parfois éclairé. On peut lire sur son fronton :

Onze lieve vrouw / met de wijndruif / deze / kapel / is hier gesticht / ter ere van / O.L.V. Ter Troost / hier verschenen in het jaar 1354 / Geëerd voor haar weldaden en troost / Vriend langs deze plaats zet geen voet of zegt Maria wees gegroet.

La chapelle aujourd'hui
La chapelle aujourd’hui

Ce qui signifie :

Notre-Dame bien aimée, cette chapelle est ici fondée avec le vin des raisins en l’honneur de Notre-Dame de la Consolation, apparue ici en l’an 1354, dédiée en l’honneur de ses bienfaits et de sa consolation; ami, le long de ce lieu, ne mets pas le pied ou dis: Marie sois saluée.