Logements sociaux : dernière enquête

Fin février, a eu lieu la dernière enquête relative à la construction de logements sociaux au Moensberg.

Un courrier reprennant les observations du Comité de quartier a été envoyé. Il a également été entendu par rapport aux risques d’inondations.

La commission de concertation à donné son avis lors de la séance du 7 mars :  en ce qui concerne le bloc sis à côté du n° 17 Moensberg qui passe de 7 à 6 logements, le projet final est donc de 44 logements au lieu de 110.

Vous pouvez télécharger :

Réalisation de 21 places de parking en plein air au Moensberg

Vous trouverez ici la réaction du Comité transmise à la Commune.

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Echevins,

Dans le cadre de l’enquête publique reprise sous objet, le Comité de quartier exprime les observations suivantes suite à l’analyse des plans du nouveau projet, notamment au regard du PPAS 46bis :

A.    Parkings faisant l’objet du permis

Questions

1. Le plan PU 01A indique 3 emplacements de parking pour personnes à mobilité réduite.  L’échelle du plan étant 1/400 ème et difficile à mesurer, la largeur de ces emplacements parking est-elle suffisante et conforme aux normes?

2. Des potelets d’éclairage public sont-ils prévus dans cette zone parking ?

Remarques

3. Il est extrêmement important de stabiliser les talus existants ainsi que les talus créés autour des parkings par l’implantation de haies et de végétation appropriée, nous savons d’expérience que le drainage des terres sur le Moensberg est important lors de fortes pluies.

4. Le nombre de places disponibles se trouvant proportionnellement fortement réduit par rapport à la situation actuelle, il est indispensable de rendre le Moensberg en zone résidentielle avec carte pour riverains.

5. Le problème du stationnement des véhicules de la zone Moensberg a fait l’objet d’une des argumentations au conseil d’état pour le projet de construction précédent, il est indispensable de prévoir lors de la réalisation des travaux des parkings provisoires au niveau des terrains SNCB dans le haut de l’avenue du Bourdon.

B.    Aménagements de surfaces

1.    Les trottoirs situés juste devant les blocs A et parkings ont une largeur assez étroite et inchangée par rapport à la situation actuelle :

  • est-elle appropriée pour les personnes à mobilité réduite ?
  • ne serait-il pas utile de « casser » les angles droits aux extrémités de cet étroit trottoir ainsi qu’au niveau du rond point ?

2. « Champ » du Moensberg

Nous constatons qu’il a été tenu compte de la proposition de réaliser un chemin en dolomie à l’intérieur de l’îlot.  Une plaine de jeu et jardin semi-collectif sont également prévus.

2.1 Ces chemins et espaces sont-ils ouverts en permanence à tous les habitants du quartier (pas de barrières d’accès) ?

2.2 Quelle entité publique sera-t-elle responsable de la gestion et l’entretien de cet espace : La région, la commune, l’entreprise générale sur combien d’années,… ?

2.3 Le long des blocs A côté rue, il est prévu des haies de charmes, ne serait-il pas utile de prévoir également ce type de plantation le long des jardinets des blocs C ?

2.4 Les jardins privatifs sont séparés par des haies, ne serait-il pas utile de prévoir une clôture est des haies en fond de jardin pour préserver une intimité des habitants disposant de ces jardins ?

2.5 Le PPAS prévoit pour les zones inoccupées des potagers : ne serait-il pas utile d’en créer au nord-est du champ?

2.6 Le terrain à côté du bloc E est prévu comme « Terrain récréatif ».  Nous doutons de l’usage de ce terrain comme récréatif, ne serait-il pas plus simple de redonner à une partie de ce terrain sa fonction précédente de potager (en dehors de l’aménagement semi-minéral pour l’accès pompier

Précipitations

6. Lorsque le champ était autrefois cultivé, comme indiqué ci-dessus, le drainage des terres sur le Moensberg était important lors de fortes pluies.  La nature ayant aujourd’hui repris ses droits, la végétation qui s’installe actuellement a pratiquement supprimé ce phénomène.  Avec les nouvelles constructions, selon toute vraisemblance, de grandes surfaces de pelouse vont apparaître et il est à craindre des débits d’eau importants en surface lors de fortes pluies.

Il est important pour l’aménagement des abords de prévoir des plantations appropriées pour temporiser les débits d’eau en surface ainsi que le ravinement.  (Prendre garde aux courettes et escaliers côté arrière du bloc C).

Le projet prévoit des citernes de rétention de 20.000 litres, qui correspondent à +/- 33 litres/m² de surface étanche (RRU).  La tendance n’est-elle pas de passer à 50 litres/m²?  A titre d’exemple,  la commune de Forest impose 50 litres / m² de rétention.  Cette valeur peut redescendre à 33 litres pour autant qu’un système d’infiltration soit réalisé.  Compte tenu des énormes problèmes d’inondation que la rue de Linkebeek a du affronter ces derniers mois (caves inondées, moulin à eau… sous eau, baignoires arrachées,…) nous demandons d’augmenter la capacité des citernes d’orage par l’ajout de 2 citernes de 20.000 litres.

C. Aspects constructifs

Nous constatons que le nouveau projet de construction du champ réponde aux attentes des habitants du quartier sur les aspects de gabarits, de densité, d’architecture.  Nous quittons là la notion de ghetto social.

Regrettons cependant que l’architecture du bloc E laisse nettement à désirer et dénote clairement par rapport aux habitations voisines et futures.  Cet immeuble, reliquat du projet précédent, est clairement conçu pour une densité maximale de logements, avec un débordement inapproprié en façade à rue.  Serait-il possible de se limiter à rue à de simples toits en pente, comme le voisin direct, sans débordement de façade ?

Nous vous prions d’agréer, Mesdames, Messieurs, l’assurance de notre considération distinguée.

Pour le comité de quartier :
Henri VERLAET            François CANART            Alain THIRION

Projet de logements sur le terrain du Moensberg

Chers habitants, chers voisins,

La procédure fut longue (depuis juin 2006), mais elle a abouti : la région a renoncé au permis d’urbanisme dont nous avions sollicité l’annulation. Un nouveau permis sera introduit avec un projet nettement réduit. Nous avions rencontré à plusieurs reprises le secrétaire d’état au logement, M. DOULKERIDIS ainsi que ses collaborateurs qui ont bien compris l’objet et la motivation de notre recours.

Espérons que le nouveau projet soit conforme à nos espérances et à celle du PPAS 46bis.

L’avocat, Maître SAMBON a réalisé un travail remarquable et qui se traduit, puisque la procédure est terminée, par l’émission du solde de ses honoraires.

Ceux-ci se montent à 5.551,00 €. Une provision de 1.900,00 € avait déjà été versée précédemment grâce à votre contribution. Le solde est de 3.651,00 €. Pour reprendre le même texte que le courrier du 08 avril 2007, nous vous invitons à verser votre contribution d’un montant de base conseillé de 30,00 € sur le compte : VALLEE DU LINKEBEEK 210-0124979-95 (commentaire : Logements Moensberg).

Il est entendu que toute contribution largement supérieure sera la bienvenue, le montant est plus rondelet que le précédent.

Le courrier de l’avocat ainsi que le montant des sommes versées.

Pour le Comité,
Henri VERLAET, Alain THIRION, François CANART

Le projet « Moensberg » de logements sociaux sera profondément modifié

Le Comité de quartier a rencontré sur le terrain le nouveau Ministre bruxellois du Logement au mois d’octobre. Cette première prise de contact fut positive et a débouché sur une réunion  de travail au Cabinet du Ministre DOULKERIDIS. Les représentants du Comité de quartier y ont rappelé pourquoi le projet de la Ministre Dupuis avait été recalé par le Conseil d’Etat. Ils ont présenté, maquette à l’appui, leur projet alternatif, respectueux des prescriptions du Plan particulier d’affection du sol n° 46 bis.

Le conseiller du Ministre et la représentante de la Société bruxelloise du logement nous ont promis un autre rendez-vous, après qu’ils aient consulté le promoteur immobilier et la commune d’Uccle. Leur intention est de présenter un nouveau projet, moins dense et ne dérogeant plus au PPAS 46 bis. L’intention de tous les partenaires présents autour de la table était aussi de tenir compte de tous les aspects liés à l’évolution future du quartier : égouts au Moensberg, station RER, mobilité.

Nous ne pouvons que nous en réjouir et espérons qu’une vision globale de notre environnement permettra d’opérer les meilleurs choix en vue de maintenir l’esprit du quartier.

Abrogation partielle du PPAS n° 46 bis

Une enquête publique à propos de l’abrogation partielle du PPAS n° 46 bis a lieu pendant ce mois de janvier 2009.

L’initiative en revient à la Commune d’Uccle qui souhaite supprimer les affectations prévues par le PPAS sur les terrains situés le long de la chaussée d’Alsemberg, jusqu’au coin de la rue de Linkebeek. Le PPAS y autorisait la construction de commerces et de logements.

Compte tenu de l’installation du terminus du tram 51 à cet endroit dans une configuration différente de celle initialement prévue par le PPAS, la commune a préféré supprimer les prescriptions existantes sur ces terrains pour permettre d’y construire un ensemble de logements sociaux pour le compte du CPAS, sans devoir déroger au PPAS.

A défaut de PPAS à cet endroit, ce sont donc le PRAS (plan régional d’affectation du sol) et le RRU (règlement régional d’urbanisme) qui sont d’application. Le PRAS situe cette zone en « zone mixte ». Cela signifie qu’elle est affectée prioritairement aux logements, ainsi qu’aux équipements d’intérêt collectif, aux bureaux et aux activités productives. Les caractéristiques urbanistiques doivent s’accorder au cadre urbain environnant.

Vous pouvez consultez la délibération du Conseil communal qui motive cette abrogation ainsi que la carte permettant de situer la zone concernée.